Blog

La couverture de livre

Peut-on choisir un livre pour sa couverture ? Sans doute, quand le lecteur déambule au hasard, dans les rayons d'une librairie, il choisit l'objet avant de se confronter aux mots et joue pour la couleur ou l'illustration, il fait confiance à l'éditeur.

Une couverture

¶ c'est l'identité de l'éditeur ou d'une collection

Exemples : Les Éditions Sillages, Les Éditions Zulma

 

 

 

 

 

 

 

 

 

¶ c'est cette petite fenêtre ouverte sur l'intérieur du texte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres exemples : Folio, Penguin

¶ c'est la protection, le toit de la maison livre

Le cover design tient une place indéniable dans l'édition, en témoignent ces professionnels reconnus : David Pearson, Jim Tierney ou Faceoutbooks, site dédié.

Qu'en est-il pour le livre électronique ? A-t-il besoin d'une "couverture" ? Est-ce aussi déterminant puisque la notion même d'objet y devient flottante...
Hubert Guillaud répond : « Quand on sait que bien souvent, les livres numériques ne proposent aucune image de garde, aucune quatrième de couverture, on se dit indubitablement que le numérique nous fait perdre quelque chose. »

Oak Park

Banlieue ouest d'Oak Park, Illinois – Halloween

Être au cœur de Chicago, suivre sur 15 km la Chicago avenue, rectiligne, arriver à Oak Park vers 16 heures. C'est l'automne, cette lumière semble indispensable. Rencontrer Frank Lloyd Wright et se perdre dans de vraies rues. Ce n'est pas un film.

 

Pierre Buraglio

Pierre Buraglio est à Paris, à la Galerie Jean Fournier. Regardez bien, il est là, ou plutôt il vient de quitter la galerie à l'instant.

Vous laissant découvrir son "travail", les étapes mêmes de son élaboration, la traçabilité discrète ou affirmée de son acte, quel délice. Pourquoi une telle excitation à voir ces sutures, cette matière, ces collages, cette épaisseur de couleur ? "Au creux de ce sillon, comme une cicatrice, se lit le mode d'élaboration de l'œuvre qui demeure ainsi toujours présent, jusque dans l'état achevé de la peinture." (p. 10 du catalogue)

 

 


 

 

Vous accédez à la galerie entière ici ou dans ce catalogue...

Mais là encore... allez toucher le tableau des yeux, pour percevoir sa faille, sa fissure, ses lignes. "J'ai voulu, explique Buraglio, que celui qui regardait ce que j'ai fabriqué soit contemporain d'une bagarre, d'une lutte." (p. 10)

Un stage auprès d'une freelance ?

  • J'ai eu la chance d'accueillir Emmanuelle en stage pour lui présenter mon métier au quotidien et discuter avec elle des différentes pratiques. Qu'en a-t-elle pensé ?

                                                                                                                   

Les métiers du livre ont un pouvoir de fascination mais ils restent souvent méconnus ou mal connus du public. Il est, en effet, difficile de proposer une définition exhaustive du métier d’éditeur. Peut-être est-ce dû à la taille de la maison d’édition ou du moins à la répartition des tâches…

 

Étudiante en Master Édition et mémoire des textes à l’université de Caen, j’ai effectué mon stage de découverte professionnelle auprès de Florence Morel. J’ai non seulement découvert plus en détail le fonctionnement d’une entreprise individuelle et de son statut, mais j’ai pris conscience de l’étendue de la profession et du travail considérable à effectuer sur le texte afin d’en harmoniser la présentation avant son importation dans un logiciel de PAO et sa transformation en objet-livre. J’ai compris que l’éditeur n’a pas seulement pour fonction de mettre en rapport une œuvre préexistante avec son public mais qu’il effectue un travail de valorisation puisque ses apports sont réels et constants, de la conception à la vente, et que la qualité de présentation du texte est déterminante pour une bonne circulation et une bonne compréhension des idées et de la pensée de l’auteur.

 

Le secrétaire d’édition est polyvalent, il est très souvent le premier lecteur du manuscrit pour lequel il évalue le travail à effectuer. Il corrige les éléments fautifs (orthographe, typographie, grammaire, syntaxe) et s’assure de l’homogénéité de la copie, c’est-à-dire qu’il vérifie l’architecture du livre (équilibrage des chapitres, fonctionnement des appels de notes, harmonisation de la bibliographie). En effet, la structure est la colonne vertébrale du livre. Il vérifie également la qualité des informations notamment l’orthographe des noms propres, des lieux et s’occupe des demandes des droits de reproduction pour les illustrations. Il travaille en collaboration avec d’autres acteurs du livre (le maquettiste, le graphiste, d’autres correcteurs) et assure un rôle essentiel de liaison : il gère une discussion permanente avec l’auteur, principalement pour la mise au point des textes.

 

Le secrétaire d’édition a donc la charge effective de la réalisation des ouvrages puisqu’il va transformer le manuscrit en objet-livre et donner ainsi une valeur supplémentaire au texte. Mon expérience auprès de Florence Morel a été formatrice et m’a confortée dans mon envie d’approfondir plus avant encore le métier de secrétaire d’édition. Mon rapport à l’édition a changé, d’une part vis-à-vis de ses secteurs d’activités (privé et public) et d’autre part à l’égard de ses enjeux. Mon rapport au texte a également été modifié, Florence Morel m’a appris à regarder avec un œil critique : « De bien regarder, ça s’apprend » (Marguerite Duras).

 

Emmanuelle Desguée,
Master 2 Édition et mémoire des textes

L'autre relecture

Dans un entretien accordé à Livre Hebdo, le psychanalyste François Roustang parle de « relecture », l'autre relecture. Pas celle du relecteur, mais celle du lecteur qui lit à nouveau, une énième fois un même texte, pour le plaisir ou pour une approche autre.

La relecture est essentielle. C'est par elle que je laisse l'auteur m'imprégner, me transformer. […] À la relecture, le texte se décompose, chimiquement, organiquement. On arrive à entrer dans le mouvement créateur. On peut voir à l'œuvre l'écrivain. Mais ce n'est pas toujours le cas. Les plus grands nous découragent et nous laissent sur le seuil.

[« Relire, dit-il », Livre Hebdo, n° 785, août 2009.]

Que nous dit Robert ?

Relire : 1. Lire une nouvelle fois. 2. Lire en vue de corriger, de vérifier [ce qu'on vient d'écrire].
Relecture : 1. Action de relire pour corriger. 2. Seconde lecture. 3. Nouvelle interprétation.
Relecteur : pas d'entrée. En revanche, ce métier peut trouver son équivalent à l'entrée Correcteur (juste avant le logiciel automatique…).

Tant pis, appelons-nous relecteur pour la décomposition chimique et organique.

first previous 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 next last

Les derniers articles

Rechercher un article